Les émotions, générateur de souvenirs
Que retient-on vraiment ?

Les études des liens entre mémoire et émotions ont longtemps été mises de côté. En effet, lors du 20ème siècle, les émotions, en plus de ne pas être considérées à leur juste valeur, étaient complètement perçus comme une « pollution de la pensée », perturbatrices de comportements et freins aux actions.

Aujourd’hui, tout a changé, les émotions ont la part belle. Elles sont valorisées, soulignées, explorées, recherchées. La technologie HNL permet aujourd’hui de les mesurer de manière objective et précise. L’objectif ? Permettre une chasse aux contenus « vides », ne procurant aucune émotion et mettre en valeur des contenus efficaces, car chargés d’émotions.

Pourquoi sont-ils efficaces ? Entre autres, parce que certains émotions déclenchées de manière naturelle ou artificielle vont permettre de cristalliser un souvenir plus précis et plus durable. Selon les auteurs F. Eustache, B. Guillery-Girard et J. Dayan (Les liens ténus et complexe entre mémoire et émotions), les émotions permettent d’améliorer la consolidation des souvenirs « Un traitement émotionnel améliore ainsi les performances mnésiques à distance, c’est-à-dire lors d’un rappel différé, et cela davantage que pour un matériel neutre. »

Lorsque quelqu’un est exposé à une émotion légère à modérée, ses souvenirs seront de plus en plus marqués jusqu’à devenir des souvenirs flashs. C’est à dire qu’en plus de se souvenir de son contenu précis, la personne se souviendra aussi de son contexte. Dans le cas où l’émotion est plus intense, plus forte, la consolidation du souvenir est encore plus puissante : on s’en souvient plus précisément et le contexte aura plus tendance à être fixé de manière très fine. Prenez les engueulades de couple par exemple ! On se souvient assez bien des dires assénés à coup de cordes vocales, sans pouvoir remettre la raison pour laquelle on se disputait. En revanche, vous vous souvenez sans peine de la couleur des nappes du restaurant où vous vous êtes rendus quelques heures plus tôt.

Grâce à la mesure de l’intensité émotionnelle des contenus que vous souhaitez produire, vous pourrez déterminer et choisir de manière pertinente l’impact que vous voulez leur donner. Oh ! L’on se souvient bien de cette publicité où le petit garçon fait des folies car « Maman a dit que je peux ! », mais de quelle marque parlions-nous ? (Non, ce n’était pas Durex©!)

Et vous, vos émotions, vous les voulez-comment ? 😉